TRIBUNES

Les tribunes des groupes politiques, sous la responsabilité de leurs auteurs.

Le règlement intérieur du conseil municipal, adopté le 29 septembre 2014, permet désormais à chaque groupe la diffusion d'une tribune web éventuellement différente de celle publiée dans le magazine.

La Tribune libre permet à toutes les tendances politiques représentées dans le Conseil municipal (qu’elles appartiennent à la majorité ou à l’opposition) de s’exprimer. Ce souci de démocratie implique la seule responsabilité des auteurs quant au contenu des articles présentés.
Jean-Didier Berger, Maire de Clamart.

La mauvaise foi est leur devise, la responsabilité est notre politique !


S’il y a bien un marqueur durable pour qualifier l’opposition clamartoise c’est sa constance à faire de l’idéologie quoi qu’il en coûte.

Pour preuve, le dernier conseil municipal, où, encore une fois, « Europe Idéologie Les Verts » a voté contre tous les projets d’investissement de la Ville. La rénovation de l’école maternelle des Rochers pour un cadre plus moderne et sécurisant des élèves ? Ils ont voté contre ! La transformation du Marché du Trosy pour un espace aux normes, plus grand, plus accessible, et doté d’un parking agrandi pour éviter les interminables recherches de places générant autant de pollution? Vote contre !

Un peu plus haut, dans cette partie de Clamart où pas un seul de leurs élus réside, les Verts votent contre le nouveau groupe scolaire Plaine Sud.

On notera que tous ces projets, de par leur construction ou rénovation responsable, participent à lutter contre le réchauffement climatique.
Pourtant, malgré l’évidence, la mauvaise foi l’emporte. Aux belles paroles… ne suivent pas les actes !

Du temps où nous étions dans l’opposition, jamais nous n’avons voté contre des projets d’équipements publics. Il en va de l’intérêt général et nous avons toujours eu comme boussole le sens des responsabilités. C’est la politique telle que nous la voyons : une politique constructive, soucieuse des attentes de nos concitoyens, en bonne intelligence. Assurément, ce n’est pas la voie qu’a choisie l’opposition. Quand bien même nos concitoyens lui font connaître leur satisfaction d’un projet, rien ne peut la faire dévier de son couloir, le couloir de la contestation de principe, le couloir du dogmatisme en « vert » et contre tout.

La gestion de ce courant politique, nous la connaissons, nous la voyons malheureusement chaque jour au gré des polémiques : c’est celle qui consiste à passer plus de temps à supprimer les sapins de Noël, retirer la viande des assiettes de nos enfants et à stigmatiser les amateurs de bateaux à voile plutôt qu’à améliorer concrètement la vie de nos concitoyens. Le tout ponctué de rétropédalages boiteux, dignes de l’ère hollandaise et d’une ambiguïté coupable sur l’islamogauchisme et l’incapacité à condamner clairement l’antisémitisme.

L’opposition pourra encore continuer à chercher les angles morts de notre politique, nous ferons toujours en sorte qu’il n’y en ait pas. Nous avons un plan, un programme, une stratégie nous permettant d’avancer en responsabilité.

Lors du dernier conseil municipal, nous sommes fiers d’avoir voté pour 2021 un budget ambitieux, malgré la baisse continue des dotations de l’Etat et une crise sanitaire à gérer avec 0% d’augmentation d’impôts sur la taxe foncière et même une baisse de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) à l’échelle du Territoire.

Le cap est maintenu avec la poursuite d’opérations majeures comme l’enfouissement de la ligne à haute tension, les travaux du complexe Hunebelle, un important effort d’investissement dans les équipements de la Ville notamment pour la rénovation des écoles, et d’autres projets pour continuer de faire de Clamart une ville dynamique, sereine et responsable. Comptez sur notre équipe renouvelée pour continuer en ce sens.

 

Didier Dincher, Agnès Hartemann, Pierre Carrive, Nathalie Mangeard-Bloch, Philippe Saunier, Christine Genty, David Huynh

Vers une augmentation de 30 % de la population clamartoise…

Lors du Conseil Territorial du 13 mars dernier, nous avons appris que la D906 (autour de la rue de Versailles) allait être concernée par un projet d’aménagement. Vous pensez à un parc, une résidence étudiante, une recyclerie, une pépinière d’entreprises, des espaces de travail partagé ?
Ou bien vous habitez ce quartier et préfèreriez être consultés et disposer d’un budget participatif conséquent pour faire des propositions sur une réhabilitation visionnaire ?
Malheureusement l’imagination et la modernité ne sont pas derrière ce projet. Ce sont 2 000 logements supplémentaires qui vont s’ajouter aux 6 000 construits depuis 2014. 8 000 logements, soit le double des objectifs fixés par la Métropole du Grand Paris pour Clamart. La population officielle de Clamart passerait donc de 53 000 habitants (INSEE 2018) à plus de 70 000.

Pourquoi pas la qualité plutôt que la quantité ?

Il est possible de faire autrement.
À Colombes par exemple, la nouvelle majorité a lancé un plan pluriannuel d’investissement de 320 M€, dédié à la transition énergétique. L’objectif est d’atteindre d’ici 2030 une réduction de 40% des émissions de CO2 des bâtiments publics, en accord avec la Stratégie Nationale Bas Carbone à laquelle s’est engagée la France lors la COP21 de Paris. Une ville peut faire le choix d’aider les particuliers à la rénovation énergétique, plutôt qu’à l’installation d’alarmes.
Elle peut aussi faire le choix d’investir pour rendre accessibles les espaces publics aux personnes vivant avec un handicap. Ou de construire une nouvelle résidence-autonomie pour accueillir les aînés….

Nous l’avons proposé, Colombes le fait

À Colombes un budget participatif de 700 000 € par an permet de co-construire des projets avec les habitants.
 

Contactez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.fr

Stéphane Dehoche, Chantal Duvoid, Stéphane Astic, Silviane Dos Santos

Quartier « Pavé Blanc 3F » : De vrais besoins…

La place Georges Pompidou est devenue un lieu de passage plus qu’un lieu de vie. L’ensemble des 3F est vieillissant malgré les rénovations passées, avec comme conséquences une quasi-absence de commerces de proximité, une mixité sociale qui s’étiole et localement des problèmes de sécurité. Oui, les locataires des 3F méritent toute notre attention, et plus qu’un coup de pouce de notre commune et du bailleur social pour améliorer leur cadre de vie, comme la ville voisine l’a fait dans la résidence Le Parc de Meudon qui a reçu le label ‘‘Patrimoine du XXe siècle’’.

…mais une réponse inadaptée : le projet Le Nôtre

La proposition de M. Berger est expéditive : détruire pour reconstruire, comme si le bâti était à l’origine de tous les maux. Il ne l’est pas ! Comme le futur stade Hunebelle, le projet Le Nôtre est une réponse du 20ème siècle à des défis du 21ème siècle. Quant au geste architectural, c’est un retour au 19ème siècle.
Pour rentabiliser l’opération, il y aura donc 50% de logements en plus, avec moins de végétation de pleine terre, moins d’espaces de rencontres, d’aires de jeux, et toujours plus de béton générateur de CO2, des résidences fermées sur elles-mêmes. Ce projet va à rebours des besoins et interroge sur les garanties apportées aux populations fragiles qui seront relogées ailleurs. Nous appelons instamment le Maire à reconsidérer ce projet.

Prenez tous soin de vous. www.clamartois.com

À la une