Portrait

Sylvie Gilson : championne du monde d'apnée

Grâce à ses efforts et à un entrainement intense dans la piscine de Clamart, Sylvie Gilson vient de remporter le titre mondial d’apnée statique en piscine.

Publié le

Certaines vocations naissent de manière originale ! Tel est le cas pour Sylvie Gilson. Aimant la plongée en bouteille, elle décide un jour de passer le niveau 4 de ce sport. Afin d’y parvenir elle doit réussir une épreuve en apnée. « Cela m’inquiétait énormément car j’avais l’image du Grand Bleu et l’impression que ce serait très difficile »  confie-t-elle. Cette épreuve lui permet finalement de découvrir une discipline sportive en adéquation avec ses aspirations car il faut « être à l’écoute de son corps, de soi et on se rend compte de capacités insoupçonnées. Cela m’a vraiment surprise » explique la sportive.

DES DÉBUTS PROMETTEURS

En 2013, désormais passionnée par l’apnée, Sylvie Gilson participe à des compétitions. Dès la première, elle monte sur le podium. Et ce n’est que le début d’une belle aventure. Depuis elle a remporté plusieurs titres de championne de France, s’est classée deuxième aux championnats d’Europe et a battu le record de France de sa discipline. Cette année, elle est de nouveau sélectionnée en équipe de France pour participer cette fois aux championnats du monde d’apnée en piscine.

UN ENTRAÎNEMENT RIGOUREUX

Pour avoir une chance de remporter le titre, Sylvie Gilson se prépare intensément à la piscine de Clamart. « Ce cadre d’entrainement est extrêmement sympathique et convivial. Sa piscine est très agréable car elle est vaste et permet vraiment de pratiquer des exercices variés selon les bassins. Avec mon mari Laurent de Beaucaron, qui est également un spécialiste, nous y passons environ une heure et demie deux à cinq fois par semaine » explique Sylvie Gilson. 

DES EFFORTS RÉCOMPENSÉS

Le 25 juin dernier, après une compétition qui se déroule dans des conditions compliquées à cause de l’épidémie de Covid, Sylvie Gilson remplit son objectif. A 52 ans elle devient championne du monde en restant 8 minutes et 6 secondes sous l’eau. Un exploit qui ne l’empêche pas d’avoir déjà de nouveaux objectifs. « Je veux continuer à progresser et m’attaquer au record du monde. Dans ma discipline il est de 8 minutes et 53 secondes » dit-t-elle surmotivée. Le club clamartois du Nautile comptera donc peut-être bientôt une recordwoman du monde dans ses rangs…