Rencontre, Portrait, Sport

Romane Casonato, graine de championne

À 11 ans cette jeune Clamartoise vient de participer pour la première fois aux championnats de France de kickboxing. Un avenir radieux s’ouvre à elle !

Publié le - Mise à jour le

C’est bien connu, la vocation des grandes championnes naît toujours tôt. Et ce n’est pas Romane Casonato qui dira le contraire. Après s’être essayée à la natation, elle découvre la boxe pendant les nouvelles activités périscolaires mises en place en 2014 par la nouvelle municipalité. Séduite, en rentrant à la maison, elle déclare à sa maman qu’elle veut faire de la compétition.

Étonnée, celle-ci est d’abord un peu réticente avant d’accepter la décision de sa fille : « À la crèche Romane était déjà assez bagarreuse. Dans un premier temps j’étais effrayée car j’avais l’image de sportifs avec le nez cassé, mais le club m’a rassuré. Face à la détermination de ma fille, je me suis dit qu’il fallait essayer. Pour son avenir je préfère qu’elle soit attachée à un sport plutôt que désoeuvrée. De plus, le sport permet d’avoir un but et de découvrir des valeurs ».

Romane le confirme : « J’apprends des choses que je ne connais pas et travaille ma concentration pour les exercices. En kickboxing on comprend qu’il ne faut pas se bagarrer, qu’on n’a pas le droit d’agresser les autres, qu’il faut respecter ses adversaires et savoir se contrôler ».

UNE ENFANT DOUÉE

À peine quelques mois après son inscription au Chatillon Boxing Club, la jeune fille participe aux championnats d’Île-de-France en janvier dernier. Et
son talent parle. Elle remporte le titre dans la catégorie benjamin moins de 47 kg, ce qui la qualifie pour les championnats de France lors desquels elle vient de briller jusqu’en demi-finale. Un succès qui lui donne envie d’aller plus loin : « Je me lève en pensant à la boxe, je mange boxe et me couche boxe » confie-t-elle.

Si Romane a la tête dans les étoiles, elle garde les pieds sur terre et continue sa scolarité en CM2 à l’école Jean Monnet. Bien que ses copains l’admirent et tentent de temps en temps de la défier, elle reste simple et aime s’amuser avec ses copines au parc Maison-Blanche ou sur la place de la mairie. Et si vous lui demandez son seul regret, la réponse fuse : « Clamart est une bonne ville mais j’aimerais que les gens ramassent les déjections de leurs animaux dans la rue car cela salit ».

Comme quoi on peut être championne et se préoccuper de son environnement !