Tony Regazzoni, Ultimo Impero #01, 2021, toner et peinture sur bois stratifié,

Centre d'art contemporain Chanot, Culture

Résidence Tony Regazzoni « Le Fantôme de la discothèque »

Le CACC accueille pour une année complète, de septembre 2021 à juillet 2022, l’artiste Tony Regazzoni pour une résidence, afin de l’accompagner à développer son ambitieux projet « Le fantôme de la discothèque ».

Publié le - Mise à jour le

Depuis plusieurs années Tony Regazzoni mène une recherche sur les vestiges des discothèques du Nord de l’Italie, construites entre les années 1970 et 1990. Lors de cette résidence il se concentrera sur la boite de nuit Ultimo Impero qui posséda pendant plusieurs années le titre honorifique de « plus grande discothèque d’Europe ». Ultimo Impero (dernier empire), un nom qui sonne aujourd’hui comme une prémonition si l’on connait la destinée tragique qu’a connu le club. Une double prémonition puisqu’en citant l’Antiquité tant dans les formes que dans l’intitulé, l’effondrement n’était-il pas prévisible ?

La première phase de recherche a été soutenue par le CACC dans le cadre du dispositif de résidence à distance Slow Motion durant le printemps 2021. Aujourd’hui nous accompagnons Tony Regazzoni afin de faire aboutir et exister publiquement le projet le « Fantôme de la discothèque ». Cette recherche, lorsque finalisée, aboutira à la réalisation d’un opéra-vidéo, tourné au cœur de l’Ultimo Impero.
Cette résidence annuelle accompagnera l’artiste dans la concrétisation de son projet à travers différents formats : l’accompagnement à la recherche, des rencontres avec les publics via des conférences et ateliers de pratique artistique, la mise à disposition de l’espace du CACC comme studio de répétitions, et la restitution publique des recherches via son exposition personnelle. 

Passe sanitaire obligatoire.
Actuellement, l'exposition de Randa Maroufi au CACC

 

 


 

Agenda