Portrait, Rencontre, Santé

Philippe Le Pelley Fonteny sensibilise sur la fin de vie

Ancien membre du conseil d’administration de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs et adhérent depuis 20 ans, cet homme de cœur souhaite que tout le monde soit mieux informé sur la fin de vie.

Publié le - Mise à jour le

Pourquoi avez-vous décidé de vous intéresser à la fin de vie ?

Suite à des décès douloureux dans ma famille et à mon expérience de bénévole d’accompagnement, j’ai remarqué des problèmes d’écoute dans les rapports entre les proches et certains professionnels de santé. Les familles et les patients
rencontrent de véritables difficultés pour poser des questions. Si, de 1999 à 2016, les lois créées sur les droits d’accès aux soins palliatifs et à l’autonomie du patient représentent des avancées significatives, il reste des progrès à faire. Je remarque une mauvaise répartition entre le rôle du médecin traitant et celui de l’hôpital qui traite la fin de vie car les Français expriment le souhait de mourir chez eux quand c’est possible. Par ailleurs, la mort reste un sujet tabou en France.

Comment l’expliquez-vous ?

Les Français sont mal ou pas informés sur les questions concernant le prendre soin de la personne gravement malade et de la phase ultime de la vie, donc ils imaginent beaucoup de choses. Nous avons peur de parler de la maladie, de l’acharnement thérapeutique. Si je respecte le choix de certains qui ne veulent pas connaître la vérité, il faut néanmoins un dialogue entre les soignants, le malade et ses proches. Je souhaite également que les médecins soient mieux formés sur la fin de vie pendant leurs études et que les Français puissent avoir des informations objectives et anticipent leurs directives afin d’éviter des déchirements de famille comme on a pu le voir avec Vincent Lambert… 

Quels conseils pouvez-vous donner aux Clamartois dans ce domaine ?

Il faut que chacun puisse s’informer, être orienté et être soutenu. Mon initiative est d’avoir synthétisé ces 3 domaines en les rendant accessibles sur le site de la mairie de Clamart. Je salue cette décision de la mairie de rendre disponibles ces informations objectives et concrètes pour tous les Clamartois. 

Revenons à vous, pourquoi vous êtes-vous installé à Clamart ?

Il existe ici une bonne qualité de vie avec un environnement agréable. J’apprécie aussi la proximité de la forêt et la possibilité d’avoir facilement accès à la culture. Je trouve aussi que le Centre Communal d’Action Sociale fait beaucoup de choses pour tous les publics, ce qui est un avantage certain pour les Clamartois. J’aime à dire qu’il fait bon vivre à Clamart.

Consultez le document d'information rédigé par Philippe Le Pelley Fonteny