Portrait, Sport

PAUL PENHOËT, GRAINE DE CHAMPION

Le cycliste clamartois, qui vient de remporter une étape de la coupe du monde espoir, espère aller beaucoup plus loin…

Publié le

COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE VÉLO ?

Paul Penhoët : J’étais petit et un jour j’ai demandé à mes parents de m’inscrire dans un club. Dans un premier temps ils ont refusé et proposé d’attendre un an pour voir si je gardais la même motivation. Cela étant le cas, l’année suivante ils m’ont inscrit au club de Clamart. 

QU’EST-CE QUI VOUS A SÉDUIT DANS CE CLUB ?

Au tout départ c’était son ambiance familiale. Je m’y sentais à l’aise et aimais me retrouver avec les copains le mercredi. Petit à petit j’ai participé à des compétitions sans réel objectif et ai pu me confronter à des coureurs venus d’autres clubs. Physiquement et mentalement c’était plus dur car le niveau était plus élevé. Cela m’a permis d’apprendre à courir et de me rendre compte que ce n’est pas facile de gagner. 

QUE REPRÉSENTE LE CSM CLAMART CYCLISME 92 POUR VOUS ? 

J’y suis très attaché car sans lui je ne sais pas si je serais allé aussi loin ! Il m’a permis de me dépasser et m’a aidé dans des moments difficiles.

QUAND AVEZ-VOUS RES-SENTI L’ENVIE DE DEVENIR PRO-FESSIONNEL ?

Très tard ! A partir de 15-16 ans tout le monde commence 
à y réfléchir mais mes résultats n’étaient pas très probants, donc ce sujet ne me préoccupait pas. Au fil des années mes résultats se sont améliorés et j’ai eu des contacts avec différentes équipes. Le déclic s’est certainement produit lors de la Coupe du monde junior en 2019 lors de laquelle j’ai terminé second, troisième et quatrième de certaines épreuves. Cela a eu un effet boule de neige et l’équipe Groupama-FDJ m’a contacté pour que je les rejoigne.

QUELLES SONT LES VALEURS DU CYCLISME ?

Le respect parce qu’il existe une hiérarchie à respecter dans le peloton. L’abnégation parce que ce n’est pas facile tous lesjours et vous vivez plus de bas que de hauts. Enfin le travail car je m’entraîne tous les jours.

COMMENT ENVISAGEZ-VOUS L’AVENIR ?

Toujours sur la même dynamique en évoluant progressivement à mon rythme. Mon objectif consiste à gagner le plus de courses possibles dans 
le World tour qui est le plus haut niveau des cyclistes professionnels. Mon rêve ultime serait d’être champion du monde et de remporter des victoires sur le Tour de France.

QUE PENSEZ-VOUS DE LA VILLE DE CLAMART ?

J’y ai passé toute mon enfance et m’y sens bien. J’aime bien la salle de musculation Hunebelle avec sa vue sur la Tour Eiffel, le bois et son tapis vert parce que la nature y est très présente. D’ailleurs chacun peut s’y entraîner sur la boucle de l’anémomètre.