Portrait, Rencontre

Kirsten Morin costumière de talent

À 90 ans, cette Clamartoise imagine des costumes très originaux.

Publié le - Mise à jour le

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir costumière ?

J’ai appris la haute couture à Copenhague. Une fois mes études finies, on pouvait me demander n’importe quoi et je le réalisais. Quelques années plus tard, je suis partie en Italie pour suivre mon mari. Ne parlant pas la langue, je suis devenue modèle photo pour lui ainsi que pour d’autres photographes. Cela m’a amené vers le cinéma comme figurante puis costumière. J’ai la chance d’avoir joué comme sénatrice aux côtés de Richard Burton et Elisabeth Taylor dans Cléopâtre et d’avoir créé de nombreux costumes pour des films avec Jean Rochefort, Marlène Jobert…

Quels étaient vos secrets pour imaginer des vêtements ?

K.M. : « Je créais à partir de ce que le metteur en scène me demandait. À présent je continue de travailler de manière bénévole. J’ai fait un défilé avec une collection à base de plastiques et de bouteilles. L’année dernière j’ai aussi organisé deux défilés au Danemark et dans d’autres lieux dont le Pavé Blanc.

Selon vous, quel costume correspond le mieux à Clamart ?

K.M. : « Une robe de mariée avec des sacs en plastique blanc. Pour la petite histoire il faut savoir que je l‘ai créée et prise en photo avec un mannequin qui est monté sur la statue de la bicyclette devant le stade Hunebelle.

Pourquoi vous êtes-vous installée à Clamart ?

C’était il y a 42 ans… Avec mon mari nous avons trouvé un appartement libre. Pour être franche, c’est la première ville que j’ai vraiment connue en France et j’en suis tombée amoureuse. Nous avons acheté un appartement et mon beau-fils s’y installera certainement plus tard.

Qu’appréciez-vous particulièrement dans la commune ?

À présent j’ai du mal à me déplacer, donc j’aime beaucoup la rue de la Gaîté qui est proche de chez moi. Le cadre de Clamart est très agréable car il permet de profiter de la forêt, de la verdure, des fleurs, des marchés… En plus, les Clamartois sont sympas. Par ailleurs, je fais partie de l’association Sel qui permet de se rendre des services.

 

L’association SEL
Le système d’échange local (SEL) de Clamart est une association loi 1901 dont l’objectif consiste à échanger des services tels que du bricolage, de la couture, de la garde de chats, des moments de conversation en anglais. La prestation se règle avec une monnaie virtuelle. Logiquement, à Clamart ce sont des petitpois. Le SEL de Clamart organise aussi des sorties culturelles et des ateliers mémoire, écriture…
Plus d’informations : sel-de-clamart.org/public/fr/index.php