Portrait, Solidarité, Vie associative

Dorothée Lulic : guide chien d'aveugle

Clamartoise et bénévole, Dorothée Lulic forme des chiens guide d’aveugle depuis 4 ans. Portrait d’une femme de cœur qui aime partager son engagement.

Publié le

Comment est née votre vocation ?

Toute petite je savais que l’école des chiens guides existait car mes parents recevaient des courriers d’appel aux dons qui expliquaient en quoi consiste le rôle d’une famille d’accueil. Un jour j’ai croisé quelqu’un qui promenait un chien avec un dossard bleu d’élève chien guide et lui ai posé des questions. J’ai ensuite pris la décision d’appeler l’école pour engager le processus.

En quoi consiste votre mission ?

Je suis bénévole et j’accueille un chiot de 3 mois pendant environ 10 mois. Ma première mission est de le socialiser, c’est-à-dire de l’habituer à tout type de situation, de personnes, d’animaux… de manière à ce qu’il ne réagisse pas de façon excessive et n’ait pas de réaction inappropriée quand quelqu’un applaudit, s’il croise un enfant ou un pigeon sur sa route... Ensuite, il faut l’éduquer à la propreté car les chiens guides doivent faire tous leurs besoins dans le caniveau et sur ordre. Il faut aussi leur apprendre les bonnes manières. Enfin, j’ai un rôle d’information auprès des personnes que je rencontre dans la rue.

Justement, est-ce que devenir famille d’accueil représente beaucoup d’investissement ?

Oui car vous devez emmener le chien partout avec vous et ce n’est pas toujours évident. Certains commerces ou structures refusent de l’accueillir alors qu’un texte de loi stipule que le chien a le droit de m’accompagner partout où je vais sans facturation supplémentaire. Cela dit, c’est un plaisir d’avoir un chien constamment à ses côtés. 

Tout le monde peut-il devenir bénévole ?

A priori oui. Il n’y a aucune condition d’âge ni de superficie de logement. En revanche, il ne faut jamais laisser le chien seul plus de 3 heures, donc il faut exercer une profession qui rende cette disponibilité possible. Par ailleurs, les chiots sont souvent des labradors, donc pour des raisons médicales il ne faut pas qu’il habite au-delà du deuxième étage sans ascenseur. 

Vous êtes Clamartoise depuis 13 ans, pourquoi avez-vous choisi de vous installer ici ?

J’habitais porte de Brancion et emmenais mon chien se promener au bois de Clamart. Cela m’a permis de découvrir la ville. Je l’ai trouvée mignonne et attrayante et ai voulu m’y installer. Outre l’avantage de profiter du bois, j’apprécie le petit centre-ville piétonnier qui donne un aspect village alors que nous nous trouvons juste à côté de Paris. J’aime aussi me promener dans le nouveau quartier du Panorama et profiter des nombreuses infrastructures présentes sur la ville. 

Contacts :
Ecole des chiens guides de Paris : www.chiensguidesparis.fr  
et www.facebook.comPetitchiotdeviendragrandchienguide