Rencontre, Portrait, Sport

Champions de Nihon Taï Jitsu

Récemment récompensés par des médailles, deux sportifs entretiennent le prestige et la réputation de Clamart !

"Chloé Santana et Emmanuel Bayart avec le président de l’association Guy Lecaplain"

Publié le - Mise à jour le

EMMANUEL BAYART MONTRE L’EXEMPLE

Vous le croisez peut-être régulièrement sans imaginer qu’il vient de remporter une médaille d’or dans la catégorie goshin en Coupe de France ! Sous ses airs tendres et gentils, Emmanuel Bayart est en effet un spécialiste des arts martiaux. Après s’être essayé à de nombreuses disciplines, il opte finalement pour le Nihon Taï Jitsu qui lui offre la possibilité d’allier sa passion avec des valeurs de respect. Perfectionniste, s’il aime affronter les autres c’est notamment pour s’améliorer. « La compétition me permet de me juger et d’évaluer mes techniques par rapport aux pratiquants des autres clubs.Ainsi je me rends compte de mes points faibles et peux travailler à les améliorer » explique-t-il, conscient que les médailles ne sont qu’une étape dans son parcours. Employé de la Poste à Clamart, Emmanuel Bayart aime profiter de son temps libre pour transmettre l’amour de son sport. Membre du Clamart Self Défense Nihon Taï Jitsu**, il y enseigne aussi grâce à son diplôme d’instructeur fédéral. Ses récompenses lui permettent non seulement de montrer l’exemple mais aussi de motiver ses élèves pour qu’ils aient envie de briller…

CHLOÉ SANTANA, SPORTIVE STUDIEUSE

À 17 ans, cette lycéenne élève de terminale à Jacques Monod est une championne! Il y a quelques semaines elle gagnait la médaille d’argent dans la catégorie kata et la médaille de bronze dans la catégorie goshin* de la Coupe de France. Une confirmation de son talent puisqu’elle peut se targuer d’avoir déjà plusieurs titres à son actif. Mais plus que le palmarès, c’est la passion qui anime Chloé Santana. « Mon sport est une école de vie. Il me permet de me sentir mieux dans mon corps » explique-t-elle avant de plaider pour la mixité. « Dans notre club à Clamart il y a la parité. Mais en compétition, les filles représentent seulement le tiers des effectifs. C’est dommage car notre art martial ne signifie pas violence. C’est un sport comme les autres avec un état d’esprit très sain ». En attendant de convaincre d’autres camarades, Chloé convoite un autre diplôme : le bac, qu’elle prépare pour juin. Entre une trentaine d’heure de cours et dix heures d’entraînement hebdomadaires, elle jongle vraiment avec son emploi du temps et réussit à cultiver un esprit sain dans un corps sain.


**site web: http://clamartselfdefense.free.fr/
*goshin: kata de judo consacré à la self-défense