Portrait, Rencontre, Musique

Cerise chante Vaiana

De la scène du Conservatoire au doublage de cinéma, il y a quelques pas sur scène et derrière le micro que la jeune chanteuse clamartoise Cerise Calixte a franchis avec passion et enthousiasme. Rencontre avec la voix française de Vaiana, l’héroïne du dernier film des studios Disney.

Publié le - Mise à jour le

Jouer et chanter Vaiana m’a épanouie artistiquement, car c’est la première fois qu’un rôle me correspond à 100 %. De physique et de caractère, elle me ressemble et cela m’a touchée. »

Comment a démarré votre parcours musical ?

Avec des parents chanteurs et danseurs, j’ai monté mon premier spectacle dès le CP-CE1, grâce à une institutrice que j’adorais à l’école des Rochers, Sylvie Kauffmann. C’était ma toute première démarche artistique et elle m’a marquée ! Au Conservatoire, j’ai commencé la danse classique à l’âge de 8 ans, puis je me suis mise au piano et j’ai continué à pratiquer ces deux disciplines jusqu’au bac.

Pourquoi avez-vous choisi le chant ?

Mon professeur de piano Raoul Duflot était assez moderne et il nous a fait travailler aussi la variété. Un jour, mes cousins ont assisté à un cours et ils ont dit à mon professeur que j’aimerais bien chanter. Du coup il a créé une petite formation batterie/piano pour m’accompagner et je me suis produite sur scène pour la première fois au Conservatoire de Clamart !

Comment en avez-vous fait votre métier ?

J’ai pris l’option musique au bac, puis en parallèle de ma licence j’ai suivi une école de comédie musicale. Cela m’a permis de compléter mon cursus de danse et musique par le théâtre, et d’acquérir un profil pluridisciplinaire. Pour mes premiers castings j’étais trop jeune donc j’ai d’abord obtenu mon diplôme d’école de commerce avant de devenir professionnelle. Après mes premières expériences, choriste sur l’album 7e vague de Laurent Voulzy et sur scène dans La Belle et La Bête ou Le Magicien d’Oz, il était évident que je ne voulais pas faire autre chose.

Que vous apporte le doublage de cinéma ?

J’avais pris la décision de me lancer dans le doublage pendant une période creuse d’activité, pour voir ce que cela pouvait donner. J’ai passé du temps à assister en studio aux enregistrements et je me suis accrochée jusqu’à être là au bon moment, quand se planifiait une audition Disney. J’aime beaucoup le travail de précision que permet le chant en studio, et côté comédie cela m’apprend énormément car cela va beaucoup plus vite dans un film que sur scène. ’ai acquis une immédiateté de jeu que je n’avais pas avant.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes musiciens qui souhaiteraient en faire leur métier ?

De ne jamais rien lâcher en cours de route ! L’important dans ce métier c’est de savoir pourquoi on le fait. Il faut beaucoup travailler pour y arriver donc la bonne raison est simplement être heureux et ne pas imaginer faire autre chose.