Portrait, Sport

Arthur Bonnaud, champion en devenir

À 23 ans ce grand sportif envisage sérieusement de porter haut les couleurs de Clamart en brillant un jour à Roland Garros.

Publié le

Comment avez-vous découvert le tennis ?

Tout petit j’ai démarré plusieurs sports en même temps. Mon grand-père présidait un club de tennis dans le Limousin, ce qui m’a mis le pied à l’étrier plus facilement. J’ai donc rapidement développé une passion pour ce sport.

Quel est votre parcours ?

J’ai grandi à Clamart. J’étais à l’école primaire de la mairie puis en sixième au collège Alain Fournier avant d’étudier en sport étude de tennis. En terminale j’hésitais entre m’engager dans le circuit professionnel ou suivre des études. Je suis finalement parti trois ans et demi aux USA pour obtenir un bachelor de business International tout en continuant le tennis. A ce jour j’ai gagné de nombreux tournois et j’ai terminé quatrième de ma division au championnat américain NAIA.

À présent comment envisagez-vous l’avenir ?

Depuis que je suis rentré des USA je me consacre à fond à mes projets tennistiques. Je souhaite rentrer dans le circuit professionnel cette année. Actuellement, je me situe aux alentours du 150ème Français et j’ai bien l’intention de progresser.

Quelles sont les valeurs du tennis ?

Le dépassement de soi car vous êtes livré à vous-même tout le temps. Sur le terrain c’est un combat avec des bons et des mauvais
moments. Il faut donc savoir rester fort. Par ailleurs, le tennis procure vraiment de grandes émotions et vous incite sans cesse à la recherche de performances.

Que pensez-vous du tennis club de Clamart ?

Il se situe à 200 mètres de chez moi, donc c’est comme mon jardin. Je suis très attaché au club, d’autant que depuis quelques années il s’est renouvelé et a des projets sportifs intéressants. Ce club a la chance de disposer d’une bulle chauffée depuis un an. Eté comme hiver, il permet aussi de jouer sur n’importe quel type de surface, cela me permet de bien me préparer pour tous les tournois.

Que représente Clamart pour vous ?

C’est ma ville, mon chez moi. J’y réside toujours. Même quand il fait gris et froid je m’y sens bien. Si j’aime évidemment le club de
tennis, j’apprécie aussi le bois qui permet de prendre du recul et de se changer les idées tout en s’échappant de la cohue  parisienne.