Rencontre, Portrait, Sport

Alexandre Tama : champion de judo

Deux fois champion ! Suite à son premier titre en janvier 2018 Alexandre Tama enchaine avec le titre champion de France cadet dans la catégorie des moins de 73 kilos. Le judoka clamartois voit les portes de l’équipe de France s’ouvrir… Et il n’a que 15 ans !

Publié le - Mise à jour le

À peine quatre mois après être devenu champion de France de judo en minime vous remportez le même titre dans la catégorie cadet. Comment avez-vous réalisé cet exploit ?

En début de saison j’espérais gagner le premier titre. Comme j’ai eu la chance de changer de catégorie d’âge en janvier, j’ai ensuite pu participer à l’autre compétition. Cela dit je n’imaginais pas réussir le doublé… Mais cela prouve que le travail
et l’entraînement paient. Je suis donc très fier et ne regrette pas du tout les séances physiques ainsi que la fatigue qu’elles ont engendrée.

En compétiteur passionné, pensez-vous déjà à d’autres titres ?

Je me prépare pour les European Cup de judo. En fonction de mes résultats je serai sélectionné ou non pour les championnats d’Europe. Mais je compte bien y participer et tenter d’y obtenir un résultat. Je suis aussi ceinture marron et dois me décider pour passer la noire. C.I.: Comment est née votre passion pour le judo ?

Grâce à mon père. Il a pratiqué ce sport sur le tard mais est devenu ceinture noire en deux ans. Il a initié mon grand frère sur qui j’ai pris exemple. Comme j’aimais bien gagner, je me suis aussi mis à la compétition.

Votre grand frère Anthony vous sert-il toujours de mentor ?

Il a trois ans de plus que moi et je l’ai beaucoup observé pendant qu’il affrontait d’autres judokas. Tout en m’inspirant de lui, j’essaye de ne pas avoir ses défauts. Néanmoins il garde toujours quelque chose de plus que moi. Mais je fais tout mon possible pour arriver à le dépasser !

Vous êtes en sport étude à Amiens. Votre club de Clamart vous manque-t-il ?

J’étudie dans cet établissement car il me permet de m’entraîner avec des personnes très fortes. Mais je n’y suis pas chez moi. Heureusement je rentre tous les week-ends et suis au club de Clamart tous les vendredis soirs.

Que représente ce club pour vous ?

C’est là que j’ai été formé. Il m’a beaucoup appris. Ses équipes m’ont toujours encouragé. Je suis un peu considéré comme le petit du club et on s’occupe bien de moi. De plus j’aime l’esprit convivial qui y règne. Voilà pourquoi j’ai besoin d’y retrouver mon coach et mes camarades. C’est aussi un plaisir de mettre Clamart à l’honneur sur les podiums.

Vous êtes donc aussi attaché à notre ville ?

Oui ! Entre jeunes on se connait tous et je trouve que les différents clubs sportifs vous accueillent bien. Même si je n’ai plus trop le temps, j’aime bien me rendre au stade Hunebelle ou jouer au foot dans le petit Clamart.